barclays
hsbc
bank-of-america
citygroup
Slide background
Slide background
Slide background

Kenya : Sanlam se lance dans la vente de médicaments en ligne

eca5

(BBCI FINANCE) – La plateforme de santé kényane, Mydawa, s’est associée à l’assureur Sanlam General Insurance pour permettre aux détenteurs de polices d’assurance d’obtenir des produits de médecine et de bien-être authentiques. L’objectif du partenariat est de réduire la fraude à l’assurance que subissent les clients et les assureurs.

Sanlam Kenya vient de s’associer à une plateforme de vente en ligne de médicaments pour contrer la fraude à l’assurance médicale. Le dispositif devrait réduire de 20% le coût des médicaments distribués par Mydawa et d’autre part pallier la fraude constatée dans le secteur de l’assurance médicale au Kenya.

D’ailleurs, les chiffres sur ce phénomène sont alarmants. PricewaterhouseCoopers (PwC) avait révélé début 2018 dans un rapport que 37% des entreprises kényanes ont été victimes de fraudes au cours des deux dernières années. Selon le cabinet d’audit basé à Londres, cette fraude concerne 71% des sociétés d’assurance. L’accord devrait également protéger les fournisseurs de services contre les pertes occasionnées.

Pour l’assainissement de la gestion et l’amélioration des prestations

Tony Wood, directeur général de Mydawa, considère cette collaboration est un grand pas vers l’obtention de meilleurs résultats de santé pour tous. Il a également avancé que «la plateforme va créer une opportunité de croissance qui permettra à la fois une rentabilité plus élevée et une meilleure relation client».

Même son de cloche du côté de George Kuria, PDG de Sanlam Kenya, qui considère qu’«en tirant parti de la plate-forme fournie par Mydawa, le groupe continue à offrir de la valeur à ses clients en répondant à leurs besoins émergents à l’ère de la vente des objets par Internet (IOT)».

Sanlam Kenya, filiale de l’assureur sud-africain Sanlam qui vient de racheter le marocain Saham Finances, a connu en 2017 une baisse de son bénéfice d’exploitation à 247 millions de Shillings kényans (KES), contre 317 millions en 2016. Bien que la fraude ne soit pas la cause de cette déconvenue, le groupe entend assainir sa gestion des sinistres au Kenya et améliorer ses prestations.

Par cette plateforme, les assurés bénéficieront d’un centre d’appel médical Mydawa, en plus de leur couverture médicale plus longue. La Mydawa a été dévoilée sur le marché kényan, il y a un mois, par Ion Equity, une société de capital-investissement. La société irlandaise avait investi 5 millions de dollars (510 millions shillings) en s’associéant à des pharmacies pour livrer les médicaments aux acheteurs qui passent des commandes via le portail web. A son lancement, la plateforme de e-santé comptait déjà 113 pharmacies à Nairobi et avait sécurisé 12 produits de fabricants avec lesquels elle est associée.

Articles similaires

paiement4
pub-ligne
festive
batl
ecobank-p
mtn-p